Calibrer sa souffrance

C’ est comme jeter les dés

En pâture à outrance

Aux médicamenteux

Ceux qui sont nés heureux

Et ne connaissent pas

Les vertus de la chance

De nos regards en croix

La fin de l’ histoire est

Qu’ on finit tous en boîte

Brûlés à même le sol

On choisit pas la date

C’ est la faute à pas d’ bol

Si l’ on bouffe l’ asphalte.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s