Un nain barbu, poilu, musclé, bourru sachant tirer au fusil comme personne, se laissait discutailler le bout de gras par une elfe raffinée, parfumée, apprêtée et prête à jouer de l’ arc.

Tous deux complexaient : l’ un sur un nez lui paraissant trop gros et l’ autre voyant de plus belle augure des oreilles moins en pointes. Chacun tentant de rassurer l’ autre en avançant des arguments réconfortants comme le mystifiant regard de l’ elfe ou la taillure musculaire parfaite du nain.

Et incroyable que cela se fit les deux énergumènes se mirent à tant se complimenter que cela se mû en une sorte de flatterie dragouillarde qui les mena à l’ auberge du comté de l’or où je m’ arrêterai là pour ce récit -par pudeur-.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s