Les fleurs blanches tout au bout des roseaux

Tire tes hanches vers le grain de ma peau

S’ il y a en ce monde une quelconque osmose

C’ est mon amour pour toi que je raconte en prose

Chanceux sont nos deux coeurs

De s’ agripper à l’ heure

Où les plus beaux soleils

Souhaitent notre réveil.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s