Il y a cette rage exténuée seulement après avoir couru des kilomètres et cette chaleur de couleur fauve qui vous ramène à l’ héritage du soleil qui fut un temps dans ses yeux.

En oblique face à tout; même les coeurs sont penchés au chevet du mourant qu’ ils appellent à souffrir dans un monde meilleur :

Un monde meilleur où la sirène n’ est pas d’ alarme mais d’ eau.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s