Aux floraisons de nos enfants

Pointe le front du firmament

Et comme il est de bonne coutume

On reconnaît de l’ amertume

De ne plus avoir la peau vive

Mais des rides creusées de lave,

J’ attends fièrement

Le pieux volcan.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s