Le délire palpite

Tandis que l’ encre foule

Mon diadème de cosmos

Les animaux s’ agitent

Tandis que le sang coule

Autour de moi un os

Circulaire me paralyse

En-dessous  terre m’ enlise

Je respire de la poussière

L’ on m’ inclut dans la terre

Je suis là

Je suis las

Des pelles qui rebouchent

Des merles qui accouchent

Dans ma bouche molletonnée

Les oisillons sont nés

Et j’ en suis bien ravi

Je leur sers de nid

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s