La folle naissance de nos idées

Prend racines au fil des cimetières

Celui où les chats vont chanter

Et réveiller dessous la terre

Nos amis enfermées dans les boîtes

Qui se rejoignent au pire paradis

Celui des chercheurs de patates

Celui des trouveurs incompris

Qui ont tant de choses à conter

Mais pas assez pour y survivre

Et s’ en vont au cri la bannière

En gage de leurs fleurs fanées

Aller chercher l’ oisillon libre

Et même les oeufs des damnés.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s